Pollution de l’air : la réponse de Gilles Robin, candidat de la liste « Lutte ouvrière faire entendre le camps des travailleurs »

L’association Vendée Ecologie s’est engagée à publier la réponse des candidats yonnais aux élections municipales suite à son interpellation concernant la pollution de l’air. Voici la réponse de Gilles Robin, candidat de la liste « Lutte ouvrière faire entendre le camps des travailleurs » :

Le bilan du capitalisme dans le domaine environnemental est désastreux. Dominé par la recherche du profit maximum et le plus immédiat possible, ce système économique entraîne de graves pollutions, le gaspillage généralisé des ressources énergétiques ou minières de toute la planète, et des catastrophes industrielles majeures.

Mettre fin à ce système, irresponsable vis-à-vis des ressources de la planète comme il l’est vis-à-vis de l’humanité tout entière, est bien la seule manière conséquente de se battre pour une société respectueuse de son environnement. En ce sens, on ne peut être écologiste de façon conséquente sans être communiste.

En ce qui concerne les mesures concrètes que vous avancez, je ne suis pas totalement en accord, en effet s’il s’agit vraiment d’éviter les déplacements, il faudrait réduire l’activité économique au strict nécessaire et décréter ces jours de pollution jours fériés payés, à la charge des employeurs. Ce serait une mesure d’urgence immédiate. Mais il faudrait aussi réfléchir à une autre organisation de l’économie, fondée sur de tout autres critères que la course au profit.

Quant à la gratuité des transports publics les jours de pollution, c’est une mesure de bon sens qui mériterait d’être prolongée. Il faut étendre le service public (à noter que pour l’agglomération yonnaise il s’agit d’une délégation de service public) et le rendre plus attractif. Dans les villes où la gratuité a été instaurée, cela a permis une amélioration considérable des déplacements. C’est dans cette direction qu’il faut aller. Quant au financement de cette politique, il peut être obtenu par une augmentation de la taxe transport qui est payée par les entreprises de plus de dix salariés. Le patronat ne participe plus aux finances locales depuis que la droite, approuvée par la gauche, lui a supprimé la taxe professionnelle. Il peut participer davantage aux déplacements des salariés pour se rendre à leur travail.

Cordialement

Gilles Robin

tête de la liste « Lutte ouvrière faire entendre le camp des travailleurs »

Municipales La Roche-sur-Yon 2014

Les commentaires sont fermés.