Pollution de l’air : Vendée Ecologie interpelle les candidats aux municipales.

Paris sous pollutionLa pollution de l’air n’est plus l’apanage des seules grandes villes. Depuis plusieurs années, chaque anticyclone hivernal a pour conséquence une pollution aux particules fines sur la Roche sur Yon et le Pays Yonnais.

Depuis hier le Pays Yonnais a franchi la cote d’alerte. Plusieurs facteurs génèrent ces particules fines (transports, industries, feux de cheminée…). Il est dorénavant reconnu qu’elles sont cancérigènes à long terme, mais qu’elles produisent également des effets directs sur les personnes fragiles (bébés, enfants, asthmatiques, personnes âgées notamment) comme des toux ou des gênes respiratoires.

Cependant, depuis plusieurs années, les pouvoir publics n’ont pas réellement agi de façon à limiter ou minimiser ces périodes de pollution. Pour l’heure, le Plan climat et l’étude Transports du Pays Yon et Vie ne semblent pas s’être traduits par des mesures concrètes ou des avancées significatives.

Outre un plan global de déplacements faisant plus de place aux pratiques routières douces (vélos, transports en commun, rollers…) et aux véhicules qui n’émettent pas de particules fines, il est nécessaire que les candidats aux élections municipales s’engagent dans des plans de gestion d’urgence des pics de pollution. Ces plans d’urgence devraient comprendre :

 -          Une information globale et massive en direction des citoyens, pour les sensibiliser aux conséquences sanitaires de ces pollutions et aux bonnes pratiques durant les périodes sensibles ;

-          Une réduction obligatoire par arrêté municipal et contrôlée de la vitesse des véhicules, en mettant en place des panneaux de signalisation spécifiques aux entrées de ville ;

-          La gratuité des transports publics les jours de pollution…

La question des particules fines devient un réel problème de santé publique qui nous concerne tous. Vendée Ecologie ne doute pas que les candidats aux élections municipales sauront répondre de manière pragmatique à cette problématique à la fois nouvelle et récurrente.

Les commentaires sont fermés.